Algérie: réponse aux mensonges et divagations du courtisan M. Mnebhi

09/09/2011

TRIBUNE LIBRE DE DJERRAD AMAR

8 – 09 – 2011

 

Franchement, en lisant seulement le titre et les 5 premières lignes de l’article, j’ai deviné du coup sa provenance. Car il n’y a que le Maroc et ceux qui se font appeler « l’opposition algérienne à l’étranger » ainsi quelques critiques indépendants non structurés qui passent leur temps, à tort ou à raison, à fustiger ou critiquer « le régime algérien », « le pouvoir des généraux », « la sécurité militaire » et tutti quanti. A la différence que  chez les marocains transparait, en plus, une certaine colère et vengeance à voir leurs sites et certains de leurs journaux. Au début, je ne voulais pas répondre car étant habitué à ce genre d’attaques continues de l’Algérie dans leurs médias et à leurs inepties. Mais comme il s’agit cette fois du choix d’un site respectable, honnête, qui cherche la vérité – surtout en ce moment avec la Libye –  j’ai compris qu’il y avait dernière un opportunisme et une volonté de brouiller les choses pour  masquer la vérité. Je devais donc répondre pour rétablir la vérité aux habitués de ce blog avec objectivité, sagesse et simplicité.
Une petite recherche sur l’auteur de l’article m’a permis de confirmer  qu’il est marocain. Une lecture de ses articles me donne une idée sur sa personnalité. Lisez cet extrait titré « Réaction à l’article du Prince Moulay Hicham », cousin du roi Mohammed VI, surnommé le Prince ‘rouge’, en raison de son engagement pour une démocratisation du régime politique marocain, devenu une source « d’inspiration pour de nombreux marocains cultivés, comme les militants du mouvement de 20 février»:
 « Qu’il me soit permis de réagir, comme tout citoyen marocain, … à l’article du prince Moulay Hicham [L’allégeance entre pratique démocratique et pratique théocratique], comme l’ont très bien fait Messieurs … Qu’il sache que la bey’a, acte d’allégeance, au Maroc constitue le ciment qui unit le Roi à Son peuple. Que cet acte se perpétue et se transmet de génération en génération… la cérémonie formelle de l’allégeance… sont parties intégrantes des institutions du Royaume du Maroc. Cette pratique ancestrale est capitale dans la «stratégie de légitimation du système politique marocain» … De plus, cette cérémonie a été instituée par le Prophète Sidna Mohammed au VIIe siècle, car sans bey’a, aucun acte religieux et politique n’est légitime… Par ailleurs l’allégeance et le Serment de la Marche Verte se doivent d’être transmis à nos descendants. … qui sont des éléments fondamentaux de notre identité nationale. Enfin, je me permets de rappeler à votre Altesse que vous avez signé l’acte d’allégeance … Que déduire de votre intervention sur la bey’a ? Je vous laisse seul pour me trouver la réponse et avec tous mes respects, Votre Altesse ».
Comme si le roi avait besoin d’une aide et en l’occurrence de celle Mnebhi. On déduit bien que ce dernier n’est pas du tout ce qu’il veut montrer être. Il n’est ni « des services marocain » ni même un sous-traitant chargé de la propagande, mais un vulgaire courtisan qui propose ses « capacités » et sa « prédisposition » à servir bassement.
Ses articles que cite d’ailleurs  le commentateur « moreno » confirment bien mes propos sur sa personnalité. Ses textes  – qui visent en particulier l’Algérie – sont  un tissu de mensonges et de contre-vérité. Il ne fait que dénigrer et fausser la réalité.  Son article sur ce blog vient  comme on peut le deviner en soutient aux renégats de Benghazi et à l’Otan bien sûr mais surtout comme occasion pour attaquer l’Algérie principalement. Au regard de quelques-uns de ses titres ont saisi parfaitement la « spécialité » de l’auteur : «À ceux qui attaquent le Maroc », «Une belle déculottée pour le mouvement du 20 février et ses ‘phagocyteurs’ », « Dissidence au sein du Front Polisario », « Déliquescence de l’Etat algérien et provocation d’Alger », « La schizophrénie des généraux algériens envers le Maroc », « Le Maroc en mouvement et l’Algérie dans l’inertie totale », «Une pantalonnade algéro-polisarienne historique en Libye », « Chute de Kadhafi : L’oligarchie militaro-politique algérienne en position critique » etc. Tous tournent autour du « pouvoir algérien », du Sahara occidental (RASD), de la fermeture des frontières. Ce qui est intéressant à dire c’est que toutes les interventions et critiques d’officiels ou de journalistes marocains, à propos de l’Algérie, se fixent toujours sur ces trois thèmes.  Vous leur parlerez des « vendanges en Australie », ils s’arrangent pour introduire ces mêmes thèmes ! Une obsession maladive qui relève plutôt de la pathologie. Et l’on pressent chez eux un sentiment de frustration une envie de régler un compte à l’Algérie à travers leur récurrent souhait d’un chaos et incitation à la révolte. Leurs écrits et déclarations s’observent plus comme du clabaudage, du bavardage, des mensonges, du dénigrement et de propos méprisants que des écrits scientifiques qui se fondent sur l’analyse objective. On ne décèle aucun signe de sagesse pour de tempérer les divergences entre les 2 pays. En revanche, les algériens adoptent en vers eux une attitude plus mesurée en les ignorant souvent. Avec ces travers, franchement, ils ne rendent pas service à leur roi et à leur pays. Un roi qui tente de rompre avec les pratiques de son père en menant une politique progressive de démocratisation et de conciliation.  Pratiques d’un ex roi despotiques et moribondes faites de complots, de combines, d’arrogance,  de revanche et d’injustices  dont  le jeune roi a héritées.
Pour mettre le lecteur au clair, il doit savoir ce qui divise actuellement le Maroc et l’Algérie. En plus des vicissitudes de l’histoire qu’aliment des stéréotypes que font durer certains surtout du coté marocain, il y a surtout  le Sahara occidental et l’ouverture de la frontière.
Le Sahara occidentale, que le Maroc occupe depuis 1975, après le départ des espagnols,  est vue par l’Algérie comme un problème de décolonisation dont la solution est l’autodétermination du peuple sahraoui. C’est donc, aux yeux de l’Algérie, conforme à la légalité (au droit internationale) et légitime (au regard de son histoire coloniale). Là est la divergence fondamentale.  Ecoutons notre ‘analyste’ « Alger voit également avec l’arrivée d’un régime démocratique pro-occidental à Tripoli [c’est-à-dire le CNT] un soutien de poids sur la question du Sahara Marocain s’évaporer. »  Le Maroc soutient donc ces traitres pour ça ?
La fermeture de la frontière par l’Algérie qui fait suite à l’attentat terroriste, en 1994, commis à l’hôtel Atlas Asni à Marrakech. Le roi Hassan II qui a vite fait d’accuser injustement « les services Algérien » – malgré les mises en gardes de certaines personnalités officiels français – impose par humiliation le visa d’entrée pour les Algériens tout en durcissant leurs conditions de séjours sur son territoire. En réponse l’Algérie ferme carrément les frontières pour bien «les rassurer». Qui est perdant ? Le Maroc dit que c’est l’Algérie. Pourquoi alors cette obsession  à demander en permanence son ouverture contrairement à l’Algérie qui temporise en  conditionnant cette réouverture «aux [règlement des] problèmes qui ont entraîné sa fermeture» selon Bouteflika et  a «…une approche globale de ce que nous voulons faire de notre Maghreb» selon Zerhouni  l’ex ministre de l’intérieur. En fait c’est bien le Maroc qui est et qui reste le grand perdant. Ce sont plus de 2 de milliards de dollards/an de perdus ; faite le calcul sur 17 ans ! Voilà les vraies causes et les vrais objectifs qui poussent les marocains à de tels comportements contre l’Algérie et ses dirigeants. Les visas ont été levés en 2005/2006. Reste plusieurs questions dont celle du Sahara Occidental.
La liaison que fait Mnebhi avec ce qui se déroule en Libye est de l’opportunisme. On sait que le Maroc déteste Kadhafi, il est logique que le Maroc soutienne sa chute au pris d’un projet colonialiste, que mène l’Otan – son protecteur- avec l’appui de ses semblables tels les Émirats et le Qatar. Il est cohérent qu’il appui ceux qu’ils affublent  de « révolutionnaires » libyens pour instaurer un régime à l’image de l’ex monarchie idrissienne. Il est cohérent aussi que l’Algérie se positionne contre ce projet contraire à son histoire et à ses principes.
On retient que Mnebhi soutient le CNT  et les galopins de Benghazi  contrairement à nous qui les considérons comme traitres à leur pays au service d’un projet colonialiste de l’Otan que pilote la France, la GB qu’appui des régimes arabes vassaux, corrompus avec les terroristes de l’Aqmi. La différence est de taille ! « Les traitres on les sent de loin, ils puent » dit l’auteur de l’article dans un de ses commentaires. C’est exact. Les sentira-t-il avec la même définition de Larousse si le Maroc subit exactement ce qui se déroule en Libye ? Cet auteur fustige aussi l’Algérie pour avoir accueilli quelques membres de la famille Kadhafi alors que c’est un droit et un devoir qui appartiennent à l’Algérie. Question : Le Maroc, à son avis, les aurait-il livrés à ces traitres de Benghazi ? Que pense-t-il  du royaume de Jordanie qui a accueilli la famille de Saddam ou de l’Arabie Saoudite qui a héberge Ben Ali et sa famille ?
Ces gens-là du Maroc et d’ailleurs semblent dire aux algériens, à chaque fois, « vous accédez à nos demandes et nos désidératas sinon on vous suscite des révoltés ». Je lui rappelle d’abord que la révolte en Algérie, avec son ouragan, est déjà passée en 1988 (le 1ère dans le monde arabe), il y a 22 ans, lorsque le peuple s’est soulever  pour imposer le multipartisme et certaines libertés.  Ce n’est pas l’appel de Mnebhi ou de ses semblables qui vont la faire revenir.
Les partisans du trouble qui ont choisi de vivre par le discours et la propagande en pensant manipuler et se servir des fils du peuple pour reconquérir des privilèges perdus  ou  imposer un point de vue ou une conduite doivent savoir que leurs discours et leurs opportunismes, à saisir toutes les occasions en l’occurrence les évènements de Tunisie, d’Egypte ou d’ailleurs pour les souhaiter à l’Algérie, n’ont aucun effet car très loin des intérêts et préoccupations des citoyens. Les révoltes justes sont celles qui émergent spontanément du peuple qui est le seul à voir mieux ce qui l’arrange sans se laisser inciter, guider ou conseiller par les milieux qui cherchent leurs intérêts en suscitant ou encourageant le désordre et les divisions. Leurs arguments de « démocratie, droits de l’homme ou liberté » sont de fallacieux prétextes surtout quand cela vient d’ex pays colonisateurs qui souhaitent des régimes à leur service ou de quelques Etats arabes, surtout les monarchies.
Raté donc pour ceux qui misent sur la révolte de nos enfants qui leur répondent souvent par l’inverse de l’effet attendu. Il n’y a qu’à voir les commentaires/polémiques à cet article stoppés net sinon il y aurait eu un millier ou encore la réplique de plus de 30 000 internautes à Al Jazeera lui faisant ‘sauter’ son Facebook. L’harmonie pour l’intérêt et la défense du pays est totale.
La réalité ici est que l’on se sent plutôt beaucoup mieux et en sécurité que nous l’avions été durant ce qui est appelé la «décennie noire»  ou beaucoup de nos « frères » et « amis » étrangers étaient bien muet voire incitaient au désordre. Actuellement, on ne vit pas du tout ce que l’on veut nous faire croire. On ne sent pas la répression qui nous pousserait à fuir notre pays ou à nous révolter. Nous savons que ceux qui se nomment «opposants algériens à l’étranger» rentrent en Algérie et en sortent sans jamais être inquiétés. Il n’y a  d’exilé ‘politique’, à notre connaissance, que ceux qui veulent le rester ou ceux qui sont poursuivis par la justice pour des motifs civils ou pénaux. La plupart ont travaillé ici, souvent en occupant de hauts postes de responsabilité.
Les richesses du pétrole sont, il est vrais, mal réparties; convoitées ou captées par les spéculateurs et les ‘bazaristes’ comme au Maroc,  par les partisans de « l’import-import » voire par des corrompus, mais reconnaissons que l’Etat a su amortir les effets en renforçant la justice et en améliorant les procédures. Depuis 15 ans, mais aussi depuis l’indépendance, l’Etat investi dans les grands projets structurants, les logements sociaux ou participatifs. Les écoles et lycées sont partout ainsi que les hôpitaux ou centres de santé. Les universités ou centres universitaires existent dans la plupart des grandes villes. Tous les villages disposent de l’électricité et de routes qui les desservent. La dernière réalisation est l’autoroute Est-Ouest de 1200 Km. Le métro d’Alger va être mis en service prochainement et des tramways sont programmés dans d’autres grandes villes. Les infrastructures hôtelières publiques et privés existent ainsi de grandes, moyennes et petites entreprises. Le transport public et privé est suffisant etc. On peut ajouter la contribution de l’Etat dans l’achat des logements ou dans la résorption de l’habitat précaire et rural pour tous les citoyens avec 700 000, 00 DA (soit 46 mois de salaire au SNMG). La médecine et l’éducation sont gratuites au niveau des structures de l’Etat, les principaux produits sont subventionnés, les plus démunis reçoivent des aides régulières, les filles non mariées sans emploi bénéficient d’une pension quand leur père décède, les bidonvilles sont sur le point d’être éradiqués et les occupants sont tous relogés, l’Etat aide les chômeurs, qui le souhaitent, en finançant leurs projets et en les encadrant par l’ANSEJ (pour les 18 à 35 ans) et par la CNAC (pour les 35 à 50 ans) à concurrence de 1 milliards de centimes ( 100 000 Dollars environ), construction de barrages et bien d’autres choses telle le remboursement de la dette alors que l’on arrivait même pas à rembourser les services de la dette lors de la « décennie noir ». Mais le tempérament de l’Algérien est qu’il n’est jamais satisfait et c’est tant mieux ! Car il y a des insuffisances par rapport aux capacités disponibles. Il reste encore le problème de chômage, cette maudite corruption qui n’est pas « érigée en dogme » comme au Maroc mais qui n’est pas plus importante qu’en France, cette injustice dans l’accès à certains emplois, l’absence de communication, la persistance de la bureaucratie dans certains secteurs, le diktat des spéculateurs et des gros commerçants, l’insuffisance dans la qualité des services  et surtout la mauvaise utilisation des compétences. Qui des pays respectables n’a pas ces insuffisances ?
L’opposition existe malgré ses carences et quelques  blocages pour des raisons surtout sécuritaires. Elle n’est pas « satellite » au pouvoir comme on l’incrimine. La liberté de la presse est réelle, elle n’est pas du tout «aux ordres» comme on l’accuse par ignorance ou intentionnellement. Il y a  plusieurs personnalités civiles et militaires, qui ont été aux commandes de l’Algérie, qui ne cessent de critiquer en Algérie le pouvoir, dans les journaux (une trentaine) ou lors des conférences, pour son orientation et sa gouvernance. Le ciel ne leur est tombé sur la tête à notre connaissance.  L’Etat d’urgence est levé bien que nous n’ayons pas constaté nos faits et gestes entravés au point de nous paralyser comme on veut nous le faire croire. L’Algérie est le régime arabe le moins mauvais et le moins soumis à l’étranger reconnaissent beaucoup d’analystes.
Notre démocratie est certes inachevée en raison de certains intérêts et des ingérences mais malgré cela, le régime en Algérie est loin de la ressemblance que l’on fait, à dessein, avec celui de Ben Ali qui a duré 23 ans et qui a sombré dans le népotisme  ou à celui de Moubarek qui a duré plus de 30 ans. Aucun des gouvernements qui se sont succédés depuis l’indépendance n’a été à la botte de qui que ce soit encore moins des sionistes ! Le régime de Ben Ali est soutenu en l’occurrence par la France, de même que celui Moubarek par les EU et Israël,  alors que l’Algérie est restée indépendante dans ses décisions malgré les tentatives de la déstabiliser. La différence est énorme. Depuis son indépendance en 1962 (soit 49 ans), l’Algérie a eu 8 dirigeants (soit en moyenne 1 dirigeant tous les 6 ans).
Mnebhi peut-il nous dire si le Maroc fait de même ou mieux ?
L’Algérie n’est ni un dragon ni un papier. L’Etat n’est pas en « déliquescence » ou en « inertie totale». Nous ne vivons pas « au seuil de la pauvreté ». Nous avons des pauvres mais nous n’avons pas l’état misère de beaucoup que nous constatons au Maroc.  Nous  ne comprenons pas votre affirmation illogique « l’Algérie vient de confirmer son naufrage amorcé voici près de six décennies ». S’il y a naufrage il est immédiat idiot il ne dure pas « six décennies ». Sinon on ne serait pas en train de nous développer mieux que tout le Maghreb et surtout le Maroc qui quémande sans cesse l’ouverture de la frontière pour booster son économie. Enfin, parce que le reste et du verbiage, l’Algérie n’a jamais pratiquée « une course effrénée à l’armement pour intimider son voisin marocain » mais a procédé au renouvellement d’une partie de son armement. Le Maroc a bien acheté des F 16 sans se voir faire des reproches par l’Algérie !
L’expérience a montré que les plus virulents détracteurs d’un régime sont pour la plupart ceux qui l’avaient, à un moment, adopté. Une fois évincés, ils deviennent opposants ne cherchant en fait qu’à le remplacer en se faisant aider par des Etats connus pour leur passé colonial, impérialiste ou génocidaire mais aussi par d’autres qui sont loin des valeurs dites démocratiques. Ils sombrent dès lors dans la traitrise puis comme inexorablement vers la déchéance. Ce n’est donc pas pour des « valeurs » des « principes » ou une « morale » qu’ils se battent mais bien pour des intérêts bassement matériels et rien d’autres.
C’est ce qui se passe en Libye.

La balkanisation de la Libye : les plans des États-Unis et de l’OTAN

12/05/2011

Cet entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya réalisé le 26 avril 2011 traite de l’impasse de la guerre en Lybie, et de la stratégie du Pentagone et de l’OTAN pour diviser ce pays. Il aborde également le rôle de la Turquie et de l’Allemagne, ainsi que les plans de l’Union européenne d’envoyer une force de maintien de la paix. Il souligne l’importance économique de Misrata.

XU JINGJING : Il semble que la coalition occidentale ait ralenti ses actions durant les trois dernières semaines. À votre avis, quelles sont les raisons de cette impasse ?

NAZEMROAYA : L’impasse en Libye est calculée. Les États-Unis et l’OTAN veulent maintenir une impasse stratégique entre le Gouvernement libyen à Tripoli et le Conseil transitoire à Benghazi. Ils se servent de cette impasse pour manipuler à la fois Tripoli et Benghazi. Plus les parties seront fatiguées et affaiblies, plus elles seront disposées à se tourner vers les États-Unis et ses partenaires de l’OTAN pour mettre fin au conflit. Le Conseil transitoire sera également enclin à faire davantage d’offres aux États-Unis et à l’UE. Le régime libyen à Tripoli demandera aux États-Unis et a l’UE de mettre fin au conflit et fera aussi des concessions. Les États-Unis et l’UE veulent que les deux côtés, à Benghazi et à Tripoli, soient plus dépendants de Washington et de Bruxelles comme arbitres de la situation en Libye.

Le résultat final sera que la Libye va se transformer en ce que les États-Unis et l’Europe de l’Ouest voulaient qu’elle soit depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945. Leur objectif est de faire de la Libye un pays divisé. Ils sont experts en cela. Ce sont des experts à dresser les gens les uns contre les autres et à détruire des nations.

Ils ont divisé les Arabes qui devraient n’être qu’une seule nation. Ils ont contribué à diviser le peuple de l’Inde. Ils ont divisé les Slaves du sud dans les Balkans. Ils ont divisé les peuples de l’Asie du Sud-est. Ils ont travaillé à diviser l’île de Taiwan de la Chine continentale. Ils ont œuvré pour que l’Ukraine se batte contre la Russie. Avec Israël et l’Arabie Saoudite, ils ont divisé politiquement les Palestiniens et les Libanais. Maintenant les États-Unis et l’UE ont l’intention de diviser davantage les Arabes, et de créer aussi des divisions dans les pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. Et ils continuent à diviser les musulmans en les identifiant comme chiites ou sunnites. Ils continuent aussi à travailler d’arrache-pied pour diviser la Russie, l’Iran et la Chine.

Avant 1951, les États-Unis, la France, l’Italie et la Grande-Bretagne avaient tous des accords entre eux pour diviser la Libye en sphères d’influence et ils ont même tenté d’empêcher la Libye de devenir un pays uni et indépendant. Ces puissances impérialistes voulaient à l’origine que la Libye soit divisée en trois territoires distincts. Le peuple libyen s’y est farouchement opposé.

Washington, Londres et Paris ont même eu des entretiens avec l’URSS sur l’établissement de trois mandats des Nations Unies appelés tutelles en Libye. Un de ces mandats aurait concerné la Cyrénaïque sous contrôle britannique, un autre le Fezzan sous contrôle français et le dernier la Tripolitaine sous contrôle italien. Les États-Unis supervisant l’ensemble. Mais les Soviétiques avaient des idées différentes sur la question et désiraient le mandat en Tripolitaine ou le partager avec l’Italie. Finalement, aucun accord ne put être conclu et la Libye devint indépendante après un débat à l’ONU.

Quand les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Italie tombèrent d’accord pour donner l’indépendance à la Libye, il fut décidé que cela se ferait sous la forme d’un État fédéral sous la férule du roi Idris. Idris fut placé comme chef de l’État libyen par les Britanniques et les puissances coloniales et, dans le cadre de ce système fédéral, les autres petits émirs dirigeraient la Cyrénaïque et le Fezzan et seraient les représentants non-élus de ces deux territoires.

En Tripolitaine, où se concentrait la vaste majorité de la population libyenne, les représentants libyens seraient choisis par le peuple, mais dans le cadre d’un système fédéral qui donnerait une importance équivalente à la Tripolitaine, à la Cyrénaïque et au Fezzan. Les représentants choisis par le peuple libyen seraient ainsi placés en minorité face aux émirs et aux cheikhs.

Dans le système fédéral souhaité par Washington, les émirs non élus représentant les populations plus réduites de la Cyrénaïque et du Fezzan seraient majoritaires dans l’Assemblée nationale libyenne. Ce que les États-Unis et leurs alliés essayaient de faire était d’éliminer toute forme d’auto-détermination de la part des Libyens. Les États-Unis et leurs alliés tentaient de transformer la Libye en un émirat comme le Bahreïn, le Qatar, le Koweït ou les Émirats Arabes Unis.

Aujourd’hui les États-Unis et l’UE sont en route pour imposer un nouveau système fédéral en Libye ou pour diviser le pays entre au moins deux administrations, à Tripoli et à Benghazi. Ces pays poussent à une guerre tribale en Libye, ce qui transformerait le pays en une seconde Yougoslavie. Les guerres tribales en Libye se répandraient au-delà des frontières de la Libye dans le reste de l’Afrique, de l’Afrique de l’Ouest à l’Afrique centrale et à l’Afrique de l’Est.

XU JINGJING : Les négociations politiques sont-elles dans une impasse ou au-delà ? Comment voyez-vous ces pays attribuer les obligations de la guerre et les intérêts de l’après-guerre ?

NAZEMROAYA : Les Britanniques ont élaboré un schéma selon lequel les membres arabes de la coalition contre la Libye enverront leurs troupes en Libye ou financeront une armée massive de mercenaires étrangers.

Une invasion terrestre partiellement privatisée de la Libye aura lieu. À cet égard, les Britanniques veulent que les pays arabes comme le Qatar et les Émirats Arabes Unis financent des mercenaires britanniques et américains en Libye. Comme les Britanniques l’ont déjà fait à Oman il y a plusieurs années, Londres va même autoriser des membres de l’armée britannique à quitter temporairement l’armée pour aller travailler ou combattre en Libye comme mercenaires. Voilà pourquoi les États-Unis étaient contre l’inclusion d’un article dans la résolution de l’ONU 1973, qui aurait permis de poursuivre en justice des mercenaires étrangers qui ne sont pas parties à la cour internationale de justice.

Alors que les États-Unis ont été chargés de diriger l’attaque contre la Libye, ce seront les Européens de l’Ouest qui se chargeront de l’occupation.

L’UE veut maintenant occuper la Libye. Ils le feront sous la couverture d’un mandat d’une force de maintien de la paix. Ceci ne fera que diviser la Libye plus avant. Et ce sera sous les yeux d’une force de maintien de la paix de l’UE que les deux gouvernements de Tripoli et de Benghazi s’éloigneront irrémédiablement l’un de l’autre. Très probablement, la Libye sera gouvernée par deux gouvernements séparés ou dans le cadre d’un système fédéral.

Les États-Unis et l’UE ont contribué à créer à Benghazi une nouvelle banque centrale, ainsi qu’une nouvelle compagnie pétrolière nationale. Les États-Unis veulent sans doute se positionner militairement en Libye et peut-être même essayer d’y établir plus tard le QG de l’AFRICOM. Wall Street et les grosses banques européennes géreront également les finances de la Libye. Le secteur de l’énergie sera partagé entre les États-Unis et l’UE, avec l’inclusion du Qatar en récompense à son émir pour les services rendus. Celui-ci est déjà responsable de l’accord entre la nouvelle compagnie pétrolière nationale à Benghazi et Al Jazeera a également contribué à créer les stations médiatiques du Conseil national transitoire.

XU JINGJING : Voyez-vous des dissensions au sein des pays de la coalition se battant contre Kadhafi ? Ont-ils des buts et des intérêts nationaux différents ?

NAZEMROAYA : Je ne vois aucune preuve de dissensions majeures entre les États-Unis et leurs alliés. S’il y en avait cela ne pourrait se produire qu’entre la partie anglo-américaine d’un côté et franco-allemande de l’autre. Ce sont les deux piliers de l’OTAN. Tout le monde au sein de l’OTAN suit un de ces fronts.

Il a été dit que l’Allemagne et la Turquie ont des vues opposées à celles des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Avec Rome quelque part entre les deux. Mais les actions des dirigeants de ces pays en disent plus long que leurs paroles. Le gouvernement allemand a soutenu la guerre dès le début. Parce que le peuple allemand ne l’aurait pas permis, Berlin n’a pas pu prendre directement part à l’attaque contre la Libye. Ce que le gouvernement allemand a fait en revanche, est d’envoyer plus de ressources militaires en Afghanistan de façon à ce que davantage de ressources de l’OTAN puissent être consacrées à la Libye.

La Turquie et l’Allemagne auraient pu empêcher l’utilisation de l’OTAN si elles avaient vraiment été contre cette guerre. Un des QG opérationnel de cette guerre est basé en Turquie. La Turquie est aussi l’autorité administrative à l’aéroport de Benghazi et elle fournit une aide dans les opérations navales contre la Libye.

Oui, il y a des intérêts divergents entre le bloc américano-britannique et le bloc franco-allemand, surtout en ce qui concerne le contrôle des réserves énergétiques en Libye et en Afrique du Nord. Contrairement aux États-Unis, les pays de l’UE sont dépendants de l’énergie libyenne, en particulier l’Italie. Il est dans leur intérêt stratégique de contrôler les ressources pétrolières et gazières en Afrique du Nord. Si Washington et Londres gagnent le contrôle majeur de ces réserves, ils contrôleront la sécurité énergétique de l’UE. Mais je crois que les États-Unis et l’UE travaillent en associés en Afrique du Nord et coordonnent en fait des opérations contre la Chine et ses alliés en Afrique.

XU JINGJING : Les combats dans la ville de Misrata attirent toute l’attention maintenant. Que pensez-vous de l’importance de cette ville ? Comment le résultat de cette bataille peut-il influer sur les mouvements de l’opposition libyenne ?

NAZEMROAYA : La ville de Misrata est le Shanghai de la Libye. Pour le Conseil transitoire ce serait une victoire économique majeure. Elle est une importante base industrielle et commerciale pour la Libye et l’Afrique. Certaines des plus grosses compagnies africaines sont basées à Misrata, y compris la Libyan Iron and Steel Company. Misrata est aussi un port très important. Beaucoup de compagnies nationales libyennes et d’industries ont leur siège à Misrata et dans les districts avoisinants.

Voilà pourquoi l’Allemagne et l’UE veulent envoyer des troupes à Misrata sous prétexte de maintien de la paix. L’UE veut envoyer des militaires là-bas pour des raisons purement stratégiques et économiques et pas du tout pour des raisons humanitaires. La force de l’UE est composée des mêmes pays qui font partie de l’OTAN. Ils utilisent simplement un autre nom. La différence entre la force de l’UE et l’OTAN est purement technique.

Ceci qui est aussi ridicule, c’est que les pays qui veulent envoyer leurs soldats comme soldats de la paix, sont des combattants de cette guerre. De fait, parce que l’OTAN est entrée en guerre de manière collective, toute nation faisant partie de l’OTAN est une nation combattante. Ceci inclut l’Allemagne. Ceci devrait disqualifier l’ensemble des nations européennes comme force de paix en Libye. Seules des parties neutres et non combattantes peuvent faire office de force d’interposition et de maintien de la paix.

Des nations comme la Russie, la Chine, l’Algérie, le Kazakhstan, l’Ukraine, l’Iran, la Biélorussie, le Brésil, la Malaisie et le Venezuela devraient envoyer des forces de maintien de la paix. Les Russes et leurs partenaires militaires dans l’espace post-soviétique pourraient tous jouer un rôle majeur en tant que gardiens de la paix. Même l’Organisation de Coopération de Shangai pourrait jouer un rôle. Il est dans l’intérêt stratégique de la Chine et ses alliés de s’assurer que la Libye ne soit pas colonisée ou victimisée comme l’est l’Afghanistan sous les forces d’occupation de l’OTAN. Pour l’alliance militaire occidentale, les évènements de Libye sont des préalables dans sa politique d’isolement et de confrontation vis-à-vis de l’Iran, de la Russie, et de la Chine et de l’Eurasie.

XU JINGJING : Pensez-vous que les États-Unis sont toujours l’acteur décisif ? Pourquoi ?

NAZEMROAYA : Oui, sans l’ombre d’un doute.

Pour répondre à cette question, définissons en premier lieu la coalition qui est impliquée dans cette guerre d’agression contre la Libye. Le Pentagone a transféré les opérations militaires à l’OTAN après quelques jours. Ainsi la guerre est officiellement pilotée par l’OTAN. Quelques autres pays comme le Qatar, la Jordanie, les Émirats Arabes Unis et la Suède, sont aussi partenaires sous commandement de l’OTAN.

Dès lors et avant que je n’analyse l’OTAN, voyons de plus près une autre alliance militaire datant de la guerre froide appelée le Pacte de Varsovie. Washington et l’Europe occidentale avaient l’habitude de critiquer l’ancienne Union soviétique en disant que le Pacte de Varsovie était en fait une organisation fictive, qu’en fait ce n’était que l’Armée Rouge soviétique. En d’autres termes que la Bulgarie, la Roumanie, l’Allemagne de l’Est, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et l’Albanie n’avaient pas de force réelle au sein du Pacte de Varsovie et que ce Pacte n’était que l’Union soviétique agissant sous le masque du multilatéralisme en Europe de l’Est. Je ne discuterai pas ce point.

L’OTAN est bien plus compliquée que le Pacte de Varsovie et n’est pas gérée par un seul pays. Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne sont les piliers de cette force et ils sont le vrai pouvoir décisionnaire à Bruxelles. La Turquie, à cause de l’héritage de Kemal Atatürk a aussi une certaine indépendance au sein de l’OTAN. Toutes les autres nations ou bien suivent les anglo-américains ou bien suivent le bloc franco-allemand. Mais dans tout cela, l’OTAN est juste un Pacte de Varsovie plus sophistiqué Les États-Unis devraient se regarder dans le miroir. L’argument critique de Washington envers le Pacte de Varsovie s’applique à eux-mêmes et à l’OTAN.

L’OTAN d’aujourd’hui n’est pas très différente de ce que les États-Unis qualifiaient le Pacte de Varsovie d’être, à savoir l’Union soviétique sous un drapeau multilatéral. L’OTAN elle-même et les commandants du Pentagone disent que l’OTAN n’est presqu’exclusivement constituée que de l’armée états-unienne. En d’autres termes, l’OTAN est l’armée états-unienne, renforcée par la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Turquie, le Canada, l’Italie et quelques autres pays européens comme auxiliaires. Les États-Unis font la guerre, puis envoient ces pays pour occuper les pays défaits, pour privatiser leurs économies sous contrôle étranger. Au bout du compte, l’OTAN est en réalité l’armée états-unienne avec le soutien politique et financier de ces autres pays. Le sénateur MC Caïn et le Sénat états-unien ont demandé il y a quelques semaines que le reste de l’OTAN finance les États-Unis pour la guerre contre la Libye. La plupart des membres de l’OTAN sont en fait des pays satellites des États-Unis.

L’OTAN sans les États-Unis n’aurait jamais pu faire la guerre en Yougoslavie et en Afghanistan, sans même parler de lancer une guerre dévastatrice contre la Libye. Il suffit de regarder le rôle que les États-Unis ont joué dans les bombardements en Libye. Ils y ont fait l’essentiel des bombardements et du pilonnage. En fait, réellement, les États-Unis se cachent derrière l’image de multilatéralisme offerte par l’OTAN. Ils ne veulent pas apparaître comme étant en charge de tout ce qui se passe. Washington a peur de l’opinion publique. C’est pourquoi Obama, Clinton et Gates ont prétendu publiquement que le gouvernement états-unien était contre la création d’une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Libye et ce jusqu’au tout dernier moment lorsque les véritables objectifs des États-Unis sont devenus transparents. Dans le même temps où l’Administration Obama disait être contre la zone d’exclusion, les États-Unis se préparaient pour attaquer la Libye. Paris et Londres ont juste joué les rôles principaux sur la scène publique.

Je désire ici faire une remarque finale et importante. Le président Obama, le premier ministre Cameron, le président Sarkozy se cachent tous derrière le paravent de l’OTAN ; parce que l’OTAN est une organisation internationale qui échappe à toute forme de responsabilité politique. Il n’existe aucune circonscription d’électeurs vis-à-vis desquels l’OTAN doive rendre des comptes. Les États-Unis et la Grande-Bretagne peuvent bombarder la Libye pendant des mois et clamer que tout cela est dans les mains de l’OTAN, que l’OTAN est en charge de la guerre. De fait. Obama, Cameron et Sarkozy essaient tous d’échapper à leurs responsabilités d’hommes politiques vis-à-vis du public en laissant l’OTAN faire la guerre et en se cachant derrière elle pour se protéger.

Entretien avec Mahdi Darius Nazemroaya spécialiste du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale, réalisé le 26 avril 2011 par Xu Jingjing pour le magazine chinois Life Week Magazine.


Mahdi Darius Nazemroaya est chercheur associé du “Centre for Research on Globalization” (CRG), spécialisé en géopolitique et stratégie.

Source : silvaicattori.net

Source originale : globalresearch