israel… about SHIT!

03/03/2013

—————————————–THE SELF-HATING JEW !—————————————-

On les appelle chez les élus, ou la police des « élus »: « The self hating Jew » (le juif qui se déteste ou haït)…, comme Gilad Atzmon, David Cole, Mordechai Vanunu (qui vient de faire 20 ans de prison en Israël pour avoir dénoncé la Centrale Dimona, où se traite l’Uranium appauvri entre autres, mais où on a produit les bombes atomiques israéliennes. Il y travaillait sur ce site et atout photographié et publié les secrets militaires israéliens)…
Sur le site masada2000.org, le site le plus raciste et prosélyte sioniste au monde, il-y-a une liste de plus de 8.500 noms de « Self Hatring Jews », avec adresses, téléphones travail, privé, gsm etc, où carrément on appelle au meurtre de ces personnes, car tout juif sur la terre, dans tous les pays du monde est un sayanïm (collabo, aide ou assistant) et un agent dormant des leurs services si maussades…
C’est pour ça que ce Service est si efficace, car où qu’ils arrivent pour une opération tordue ou de liquidation ils sont chez eux et ont toute la logiqtique opérationnelle à disposition…

Cela a été décrit dans un livre Best-Seller par Victor Ostrovsky, un des ex-responsables de ce service dans le livre qui porte le titre de la devise de ce Service un peu Spécial: By way of deception, we shall win wars/ en traduction libre : Par la traîtrise (la tromperie), nous gagnerons les guerres…
C’est tout un programme et aussi toute leur mentalité nazi-sioniste talmudique…

Aussi non goy: singulier pour le non juif, considéré comme sous homme ou au niveau de la bête

Goy-im: Pluriel de goy= l’ensemble des non juifs ou sous hommes pour eux, donc à partir de 2, goy, devient goy-im , comme Ashkenaze au singulier devient Ashkenazim au pluriel (les)

La valeur de la vie d’un goy est nulle pour un « élu » sioniste prosélyte…
Le plus grave dans tout ça, c’est que les Ashkenazim (desquels sont issus les nazi-sionistes), ne sont même pas des sémites, sont souvent blonds avec le teint clair et des yeux clair et viennent de l’Europe de l’Est, possiblement des descendants des Khazars…
C’est le père du sionisme, Théodore Hertzl, journaliste et correspondant d’un journal viennois (Autriche Hongrie) à Paris, qui a couvert le procès de Dreyffus, qui s’en est inspiré pour former à Bâle le 1-er Congrès sioniste en 1897,
Il est l’auteur de Der Judenstaat (« L’État des Juifs ») en 1899 et fondateur du Fonds pour l’implantation juive pour l’achat de terres en Palestine. Il est l’un des premiers à mettre en place l’idée d’un État autonome juif…

C’est à peu près une réponse plus ou moins complète sur le peuple , dit élu et leurs us et coutumes, ainsi que philosophie satanique de vie…

C’est ancré en eux et difficilement réparable…, car ils ne savent jamais s’arrêter à temps…, à leur malheur et au nôtre non juifs également, car combien de souffrances…, mais les notres et autres ne comptent jamais pour eux, car nous sommes nés pour les servir selon leur préceptes et philosophie tordue et dégénérée…

Un très bon documentaire sur cette question et relation épineuse entre eux et nous…

Publiée le 29 juil. 2012
« LES GOYIMS ONT ÉTÉ CRÉÉS POUR SERVIR LES JUIFS » RABBIN OVADIA YOSSEF

 

Et je vous mâche le travail dans la recherche de la « shit list » comme ils l’appellent les élus, des noms des Juifs qui se détestent et/ou sont traîtres à Israël…
C’est même par ordre alphabétique…de ceux qui ne se glorifient pas particulièrement de leurs origines…

Je vous avais dit que c’est des malades à masada2000.àrg, mais pour un esprit normalement constitué, sans même aller dans l »angélisme, cela dépasse l’entendement…
J’avais bien dit et ai la conviction profonde qu’il n’ont pas de limites ce groupe et ne savent jamais s’arrêter à temps…
L’Histoire et leur histoire se répète toujours, toujours et encore et ce depuis les Pharaons, mais qui sait peut-être avant même, mais pas de scribes pour nous le rapporter et pas de papyrus non plus…

JEWISH S.H.I.T. LIST (La liste de la merde juive, excusez du peu, mais c’est l’original)
Self-Hating and/or Israel-Threatening / Les Juifs qui se détestent et/ou les Juifs traîtres à Israël

http://www.masada2000.org/list-HIJ.html

Et ce jeune Juif Américain , venu soutenir les Palestiniens en Palestine, battu et brutalisé par les flics et les soldats nazi-sionistes de l’Etat autoproclamé d’Israël, sur des terres volées aux Palestiniens…

If Israel could do this to a young American Jew, imagine what Palestinians face

(En traduction libre: « Si Israël peut faire ça à un jeune Américain, imaginez ce à quoi les Palestiniens sont confrontés »)

Publicités

le medecin psychiatre de nethanyahu se suicide

21/11/2011

Legalienation News Bureau

Moshe Yatom, un éminent psychiatre israélien qui a réussi à soigner les formes les plus extrêmes d’aliénation mentale tout au long d’une carrière absolument exceptionnelle, a été retrouvé mort chez lui, à Tel Aviv, hier, en raison d’une blessure par arme à feu apparemment auto-infligée. Un billet expliquant son suicide, déposé à côté de son corps sans vie, explique que  le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui était son patient depuis neuf ans, lui avait « carrément sucé sa vie jusqu’à la dernière goutte ».

traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier

« Je n’en peux plus », a écrit M. Yatom. « Le vol, c’est la rédemption, l’apartheid, c’est la liberté, les militants pacifistes sont des terroristes, l’assassinat est de l’autodéfense, la piraterie, c’est la légalité, les Palestiniens sont les Jordaniens, l’annexion est la libération : ses contradictions sont décidément sans fin ! Freud a promis que la rationalité finirait par régner sur les passions des instincts, mais c’est qu’il n’avait jamais rencontré Bibi Netanyahu ! Ce type vous dirait que c’est Gandhi qui a inventé le poing américain !… »

Les psychiatres sont accoutumés à cette tendance qu’ont les êtres humains à modeler la vérité afin d’éviter de se confronter à des éléments émotionnellement dérangeants, mais apparemment, le professeur Yatom a été stupéfait par ce qu’il a qualifié de « Niagara de mensonges » surgissant de son patient le plus illustre. Son journal personnel détaille la désintégration continue de sa personnalité naguère invincible sous le tir de barrage des ratiocinations auto-gratifiantes proférées par Netanyahu.

« Je suis en état de choc », a dit son voisin Yossi Bechor, dont la famille passait des vacances régulièrement avec celle du professeur Yatom. « Moshé était l’incarnation de la personnalité la plus équilibrée ; il avait soigné des dizaines de schizophrènes avant d’avoir à exercer ses talents sur Bibi. Rien, strictement rien n’indiquait que le cas de ce dernier était tellement différent de ceux des autres… »

Mais, différent, le cas de Bibi l’était, ô combien…

M. Yatom était de plus en plus déprimé par son absence totale de progrès à faire reconnaître la réalité par le Premier ministre israélien et il avait fini par souffrir d’une série de convulsions tandis qu’il tentait de comprendre la manière de penser de Netanyahu, qu’il a caractérisée, dans un chapitre de ses mémoires personnels, comme « un trou noir d’auto-contradictions ».

La première crise de M. Yatom s’était déclenchée lorsque Netanyahu a émis l’opinion selon laquelle les attentats du 11 septembre (2001) à Washington et à New York « étaient bons ».

La seconde avait fait suite à une séance au cours de la quelle Netanyahu a maintenu mordicus que l’Iran et l’Allemagne nazie étaient identiques.

Quand à la troisième, elle s’était produite après que le Premier ministre eut déclaré que le programme nucléaire iranien était une « chambre à gaz volante » et que tous les juifs, partout dans le monde « vivaient en permanence à Auschwitz ».

Les efforts déployés par M. Yatom pour calmer l’hystérie de Netanyahu furent extrêmement éprouvants sur le plan émotionnel et ils se conclurent tous par un échec avec une déprimante régularité. « L’alibi est toujours le même, avec lui », se plaignait une autre entrée, dans son recueil de notes
: (il dit que)
« les juifs sont à la veille d’être anéantis par les goyim racistes et la seule possibilité pour nous en sortir, c’est de mener à bien un massacre final ».

M. Yatom travaillait apparemment à l’édition de ses notes personnelles sous la forme d’un livre consacré au cas Netanyahu. Plusieurs chapitres d’un manuscrit inachevé intitulé « Un psychotique sous stéroïdes » ont été retrouvés dans son bureau.

L’extrait que nous reproduisons ci-après donne un rare aperçu du fonctionnement intérieur du cerveau d’un Premier ministre et en même temps, il révèle le redoutable défi auquel s’est trouvé confronté le Professeur Yatom en cherchant à guider cet esprit dérangé vers la rationalité :

Lundi 8 mars

« Bibi est venu à trois heures, pour sa séance de l’après-midi. A quatre heures, il a refusé de partir et il a prétendu qu’en réalité, ma maison lui appartenait. Puis il m’a enfermé dans la cave toute la nuit, tandis qu’il organisait une sauterie somptueuse pour ses amis, à l’étage. Quand j’essayais de m’enfuir, il me taxait de terroriste et il me mettait les fers. Je l’ai supplié, mais il me disait qu’il pouvait difficilement faire confiance à quelqu’un qui n’existait même pas… »

* Michael K. Smith est l’auteur de Portraits of Empire et de The Madness of King George, ouvrages édités par Common Courage Press. Il peut être contacté par mél à l’adresse proheresy@yahoo.com