Arkoun Mohamed : un episode

23/09/2010

Voici pourquoi Mohamed Arkoun ne veut pas être enterré en Algérie

par Mohamed Ali Allalou, jeudi 16 septembre 2010, à 18:29

C’est vers 1952 que Mohamed Arkoun a juré de ne plus retourner au village Taourirt Mimoon et il a tenu parole!

Il est mort en exilé de son village qu’il  adorait.

Dans ses dernières conférences, il se disait toujours natif de Taourirt Mimoon et non de la commune de Ath Yanni (Beni Yenni)

Au début des années 50, il s’est retrouvé dans la djemâa pour parler des problèmes de la femme kabyle.

Il tenait un discours vigoureux où il dénonçait les conditions injustes et « inhumaines ». Voilà qu’en  pleine intervention, il reçut une gifle du père de Mouloud Mammeri.

Le lendemain matin, Mohamed Arkoun prit le car de Tizi-Ouzou et depuis plus personne ne l’a revu dans le village. Il n’est même pas allé à l’enterrement de sa  mère.

Dans son livre « humanisme et islam« , où il parle de cet événement funeste pour lui, (sans évoquer la gifle), en ajoutant que le père de Mouloud Mammeri, qui était l’Amin du village, lui a déclaré à ce moment-là, en brandissant sa canne en signe de menace: « comment as-tu pu t’autoriser à prendre la parole devant la3arch des ben-yenni  (…)?

Ne sais-tu pas que si quelqu’un doit prendre la parole en kabyle,

Il revient à daddak salem (lui-même) de le faire,

Et s’il faut la prendre en arabe, il revient à daddak lwannas (son frère) de le faire

Et si enfin quelqu’un doit s’exprimer en français, seul daddak al-mulud (Mouloud Mammeri) peut le faire!

En fait Mohamed Arkoun était le premier punk dans l’islam des A3arouch, il était moderne et il l’a payé.